Série : Nos circuits racontés par les randonneurs ! S2E2

Saison 2 : Circuit Vincent Entre Margeride, Tarn, Causses et CĂ©vennes

Quatre journées racontées par Vincent et Téquila !

Episode 2

Vendredi 2 aoĂ»t :

Aujourd’hui direction Barre des Cévennes.
e quitte le chemin de Stevenson et je me retrouve sur le circuit d’endurance des 160 km de Florac (GR67).
Le dĂ©part se fait une nouvelle fois sur 3 bon km de montĂ©e au cĂ´tĂ© de TĂ©quila (euh, plus raide encore qu’hier mais je me dis qu’à 20 ans, on rĂ©cupère vite). Grande piste forestière en haut des crĂŞtes couvertes par une vĂ©gĂ©tation variĂ©e: rĂ©sineux, hĂŞtraies, châtaigniers… Passerelle mĂ©tallique Ă  passer pour traverser la N106.
Puis arrivée à Barre-des-Cévennes chez Mr et Mme Combe ou la cuisine sent drôlement bon à l’arrivée
Rencontre avec des cavaliers d’endurance à l’entraînement, et 4 autres cavaliers randonneurs qui partaient pour une semaine en autonomie.

Samedi 3 aoĂ»t :

Il fait très chaud dès ce matin, la rĂ©gion est vraiment magnifique et les paysages varient sans arrĂŞt .
Du relief, toujours du relief et du frais en forĂŞt. Ce soir, je pense m’arrĂŞter Ă  la maison forestière d’Aire-de-CĂ´te qui fait restauration (je mangerai avec les cavaliers d’endurance). Je pourrais Ă©galement faire le plein de granulĂ©s. Orage annoncĂ© pour la semaine prochaine, ce sera moins drĂ´le !

Dimanche 4 aoĂ»t :

Le dĂ©part se fait en descendant sur environ 3 km, ça fait drĂ´lement du bien dès le matin. Puis le reste, c’est 15 km de montĂ©e en forĂŞt pour atteindre le Mont Aigoual Ă  1500 m (station mĂ©tĂ©orologique).
Descente ensuite Ă  Camprieu via la station de ski du Prat-Peyrot.
En cherchant un endroit pour dormir, j’ai été accueilli par des gens de spectacles équestres (Michel Cassan) en tournée.
J’ai pu prendre une douche, regarder leur spectacle équestre et manger avec toute la troupe le soir (super enrichissant).
J’en garde un très bon souvenir et les remercie encore de leur hospitalité.

Lundi 5 aoĂ»t :

Casse d’une des boucles de ma sangle de selle en ressanglant 1 km après le dĂ©part (j’avais hĂ©sitĂ© Ă  la changer avant de partir, j’aurais dĂ» !).
Encore une journée très chaude et des paysages toujours magnifiques.

Pause midi à Meyruès avant de monter en haut des causses et rejoindre les grandes étendues calcaires du Causse Méjean.
Quelques passages très pierreux mais c’était prévu (vue exceptionnelle sur les Gorges de la Jonte).
Arrêt à la Citerne chez Eric et Béatrice, éleveurs de chevaux arabes destinés principalement à l’endurance.